KrisMenn/AleM

            Kan ha beatbox

 

Krismenn en duo avec Alem, champion du monde de Human-Beatbox.


   Un OVNI. Un truc inédit, inclassable. Deux mecs sur scène, a capella, qui rappent, slamment, chantent, assènent des mots, un flow, une énergie hallucinante et définitivement jubilatoire. Un human beatbox virtuose et puissant comme unique accompagnement et c’est parti pour un set excessif et déjanté.

    Ça pourrait se passer dans les rues de Detroit ou sur une scène de Chicago mais là non. Les mots ne viennent pas de la langue de Shakespeare ou de Molière, non, les deux énergumènes baragouinent, comme l’aurait dit un général d’Empire à propos de soldats bretons. Et ça sonne, ça cogne, ça secoue. Un beat breizh du meilleur acabit, une présence scénique assumée. Que ce soit au fin fond du centre Bretagne ou à l'étranger, en fest noz ou sur les scènes internationales de musiques émergentes , les deux gars s’accaparent le public aux premiers sons. L’auditoire d’abord médusé, décontenancé par la singularité de la forme, entre vite dans le tourbillon.

    La langue bretonne est sur le ring, plus combattive que jamais, c’est aussi ça, que laissent discrètement passer les deux compères. Ils repartent épuisés, rincés, comme deux boxeurs après le combat, après un fight club entre sparring partners qui échangent coup sur coup.

    Un choc culturel et générationnel, la rencontre des mondes. KRISMENN & ALEM ou quand la new-school du kan ha diskan rencontre la new-school du human beatbox.





Photo: Eric Legret